Blog Sexo : Tous nos Conseils Sexy

Comment faire un bon cunnilingus ?



Comment faire un bon cunnilingus

 

Gâterie féminine par excellence, le cunnilingus est parfois absent de la sexualité du couple. Est-il un simple préliminaire ? Peut-il mener à l’orgasme ? Et comment faire un bon cunnilingus ?

Cunnilingus, le plaisir du bout de la langue !

Celles qui adorent se faire lécher y trouvent une extase rarement comparable, toutefois nombreuses sont les femmes qui restent intimidées par la pratique. Peur de sentir mauvais, d’être gênée, que cela ne plaise pas à leur partenaire, d’être mal épilée, d’avoir un clitoris trop gros, ou des lèvres trop petites… De même, il semble que les hommes le proposent peu spontanément. Votre boutique coquine Oh ! Darling, ne portera pas de jugement sur ces appréhensions. Seulement, ce n’est ni la performance ni la perfection qu’il faut chercher, mais le plaisir commun. Question hygiène, un nettoyage au savon ou à l’eau est largement suffisant. Si les effluves corporels peuvent être une barrière, sachez que les lubrifiants intimes comestibles sont pensés pour accompagner ses caresses buccales avec gourmandise. Ils sont plus adaptés que la chantilly, qui laissera une odeur de lait périmé sur le sexe, et nettement moins salissant et collant, que le miel, la confiture, ou la pâte à tartiner. Et comme tous les goûts sont dans la nature, tous les parfums sont chez Oh ! Darling. Enfin, le cunnilingus est risqué avec une infection HIV durant la menstruation. Tout comme la pipe en cas d’herpès et verrue génitale de type condylomes. Un dépistage et un traitement sont indispensables

Cunnilingus, simple préliminaire ou source de jouissance ?

Ce jeu sexuel est une des clés du plaisir féminin. Il peut être pratiqué comme une introduction à la pénétration, mais aussi pour faire jouir sa femme. Alors messieurs, à vos langues ! Dans tous les cas, il demande du temps, et une écoute des réactions de votre partenaire. C’est à partir de vos observations que vous arriverez à offrir un orgasme à votre femme.

Comment faire un bon cunnilingus ?

Simplement. La vulve fonctionne de manière moins mécanique qu’un pénis. Si parfois se jeter sur ces zones érogènes est plaisant, il est souvent plus agréable de faire monter l’excitation par des caresses, des bisous plus langoureux. Comme le signale le Kamasutra, il est possible de faire un baiser sur son sexe, de la même façon que vous l’embrasser. Délicatesse et sensualité sont de rigueur. En jouant avec son clitoris, ses lèvres, c'est son corps entier qui vous guidera. Si vous craignez une crampe, ou que vous avez envie de diversifier un peu vos coquineries, un stimulateur clitoridien, ou n’importe quel sextoy femme accompagne votre cunnilingus. Mais évitez les mouvements répétitifs, et ceux pouvant évoquer une pénétration. Avec cette caresse buccale, l'extase de votre partenaire est ailleurs. Les notions de force et de virilité sont peu importantes. Et si vous la léchez avec amour en cherchant simplement à lui donner du plaisir, au fur et à mesure vous la verrez s’ouvrir.

Le cunnilingus, littéralement lécher la vulve

Comme souvent avec la sexualité des belles, le cunnilinctus, vulve et lécher en latin, est entouré d’un certain mystère. Cette volupté est mal vue à l’antiquité. Toutefois, quelques représentations sont présentes dans les vestiges des maisons de plaisirs de Pompéi. Pour les Grecs, toutes les caresses buccales sont regroupées sous le terme arrêtopoeîn, qui signifie faire des choses que l’on ne peut pas nommer. Mais la position sociétale dominante de l’homme rend la pipe mieux tolérée que le fait d’embrasser le sexe d’une femme. Tout comme dans l’Égypte antique, il est réservé aux esclaves ou aux lesbiennes. Seul le Kamasutra évoque que « certaines femmes du harem, amoureuses, embrassent les Yonis l’une de l’autre, et certains hommes font la même chose avec les femmes. Pour faire ceci, on imite le baiser sur la bouche. » Le yoni en sanskrit définit le sexe de la belle. Reste qu’en Occident, les pratiques bucco-génitales, la masturbation, tout comme l’idée même de plaisir sont proscrits durant de nombreux siècles. Ces jeux érotiques étant inutiles à la reproduction ! Il faut attendre le 20ème siècle pour que fellation et cunnilingus soient déclassifiés des déviances sexuelles.

Prêt à goûter son petit abricot ?